Librairie archi Paris VOLUME
47, rue Notre-Dame de Nazareth_Paris 3 (France)
M° République / Temple / Arts & métiers / Strasbourg-Saint-Denis
téléphone : +33 (0)1 85 08 02 86 / contact@librairievolume.fr

VOLUME_f
librairie et bien plus centrée sur l'architecture, l'urbanisme et le paysage
bookstore and so much more focused on architecture, urbanism and landscape
VOLUME_PARIS
Je veux des infos de VOLUME ! / Give me some news!

Du mardi au samedi de 11h00 à 20h00

From tuesday to saturday from 11.00(am) to 8.00(pm)

BIENTÔT CHEZ VOLUME
EXPOSITION
photographies

Anne-Marie FILAIRE

Pas, Auvergne, France 1994-1996

jusqu'au 6 mai
VOLUME HORS-LES-MURS
s
Mardi 25 AVRIL - 19h30

RENCONTRE HISTOIRE DES IDÉES RENCONTRE

MAIS DE QUOI ONT-ILS EU SI PEUR ?
Walter BENJAMIN, Ernst BLOCH et Siegfried KRACAUER
à Marseille le 8 septembre 1926


Christine BRETON
Sylvain MAESTRAGGI

Le livre de Christine Breton et Sylvain Maestraggi retrace le séjour des philosophes allemands Walter Benjamin, Ernst Bloch et Siegfried Kracauer à Marseille en septembre 1926, à l’occasion de la publication d’un article d’Ernst Bloch dans la revue Les Cahiers du Sud. Il est conçu en deux parties : d’un côté, un conte urbain, récit de l’événement par Christine Breton, conservateur honoraire du patrimoine et historienne de l’art ; de l’autre, un corpus de leurs correspondances (notamment avec Marcel Brion et Jean Ballard) et de textes inédits ou nouvellement traduits, réunis et commentés par Sylvain Maestraggi, philosophe, éditeur et photographe. Au centre, un cahier de photographies, Marseille, telle que l’ont vue les trois auteurs...

Le livre est consacré à cet événement, à cette constellation intellectuelle. Il s’interroge sur la peur qui les a saisis en parcourant la ville. Comment ce qu’ils ont découvert à Marseille a-t-il été déterminant dans l’évolution des œuvres et dans l’écriture des trois penseurs ?

En écho à son exposition rétrospective qui se tient au MUCEM à Marseille Anne-Marie FILAIRE présente chez VOLUME la série PAS constituée de vingt paysages d'Auvergne. Cette série réalisée dans les années 1990 est un voyage dans les paysages de son enfance.
À découvrir : Zone de Sécurité Temporaire un livre rétrospectif sur le travail photographique d'Anne-Marie Filaire paru aux Éditions Textuel.
***********

Les 19, 20 et 21 avril 2017

VOLUME est à


LA COLONIE
128, rue Lafayette/ Paris 10

pour les

Premières journées d'études du PEROU

dont le thème est

DE L'HOSPITALITÉ QUI VIENT

Le programme c'est par ici.
VOLUME est au caue92 pour l'exposition

L'OMBRE DE L'ANGLE

RENCONTRE LE JEUDI 20 AVRIL
avec
Raphaële BERTHO et Cyrille WEINER
Animée par Olivier NAMIAS / CRÉÉ
Vendredi 28 AVRIL - 19h30

RENCONTRE THÉORIE RENCONTRE

PETER EISENMAN ÉCRITS 1963-1984

Elias GUENOUN
Attendu et déjà un classique de l’histoire et de l’étude de l’architecture, ce livre rassemble, sous la direction d’Elias Guenoun, un ensemble d’essais pour certains majeurs de l’architecte américain Peter Eisenman pour la première fois en français.
Plus qu’un recueil, c’est une véritable université de l’architecture moderne que recèle ce livre, témoignant de questionnements théoriques et conceptuels qui ont accompagné la naissance de l’architecture postmoderne.
Écrits 1963-1984 est incontestablement un événement dans l’édition d’architecture.
Mercredi 3 mai - 19h30

RENCONTRE PHOTOGRAPHIE RENCONTRE

NOTES SUR L'ASPHALTE

Jordi BALLESTA
Camille FALLET

Les paysages ordinaires et leur expérience visuelle sont devenus, à la fin des années 1960, les vecteurs d’une part importante de la photographie américaine, dont les œuvres d’Ed Ruscha, Robert Adams ou Stephen Shore, entre autres héritiers de Walker Evans, sont les emblèmes.
Cet ouvrage, accompagnant l’exposition Notes sur l’asphalte, souhaite élargir notre vision de l’histoire photographique américaine. Les diapositives du géographe et théoricien du vernaculaire John Brinckerhoff Jackson en ont fortement influencé la conception et y occupent une place centrale. En les croisant avec les prises de vue d’architectes, d’historiens, d’urbanistes et de spécialistes du paysage, on en vient à postuler l’existence d’une autre photographie documentaire. Les aménagements instables et les usages transitoires en sont les motifs principaux. La notation photographique en est l’une des caractéristiques essentielles.
Les archives de Donald Appleyard, Allan Jacobs, Chester Liebs, Richard Longstreth, David Lowenthal et J.B. Jackson, ici réunies, dévoilent les pratiques documentaires et les modes d’investigation paysagère que des chercheurs américains ont initiés, dès les années 1950.